Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Les obstacles financiers pourraient accroître les visites à l’urgence des enfants asthmatiques

Une nouvelle étude canadienne, qui a été dirigée par un chercheur du Réseau de centres d’excellence AllerGen, révèle que les obstacles financiers – c.­à­d. le partage des coûts des médicaments contre l’asthme entre les assureurs et les familles – diminuent le contrôle de l’asthme chez les enfants.

Il s’agit de la première étude qui vise à examiner les retombées du partage des coûts des médicaments selon un pourcentage du revenu du ménage sur la santé des enfants asthmatiques. Les résultats de cette étude sont publiés dans le numéro de janvier 2011 de la revue Annals of Allergy, Asthma & Immunology.

Compte tenu du faible taux de contrôle de l’asthme chez les enfants du Canada, l’équipe de recherche dirigée par Wendy Ungar, une scientifique spécialisée en sciences d’évaluation de la santé des enfants au Hospital for Sick Children (SickKids) et une chercheuse du réseau AllerGen, a entrepris l’examen des facteurs qui contribuent à provoquer chez les enfants de graves crises d’asthme qui nécessitent une visite à l’urgence ou une hospitalisation.

L’étude des cohortes a comporté un examen des données concernant 490 enfants asthmatiques âgés de 1 à 18 ans qui vivent dans la région de Toronto. Les chercheurs se sont particulièrement intéressés à la relation entre certains facteurs démographiques – notamment le statut socioéconomique, l’état de santé, l’utilisation des ressources de santé, les symptômes et l’assurance-médicaments – et le contrôle de l’asthme.

Les travaux ont mené à un résultat lourd de sens pour le sous-groupe des personnes qui détiennent une assurance-médicaments : chaque fois que le revenu familial consacré aux médicaments contre l’asthme destinés à un enfant augmente de 1 p. 100, le nombre de crises d’asthme graves qui nécessitent une visite à l’urgence ou une hospitalisation augmente de 14 p. 100.

« Il est préoccupant de constater que lorsque les parents doivent débourser davantage d’argent pour acheter à leur enfant des médicaments contre l’asthme, les crises d’asthme graves augmentent, déclare Mme Ungar. Il est essentiel de comprendre les effets des obstacles financiers – franchises et cotisations – sur la santé pour formuler une politique efficace en matière de médicaments, alors que l’on cherche de plus en plus à contenir les coûts des assurances-médicaments tout en préservant la santé des patients. »

Les chercheurs ont découvert que les facteurs suivants sont fortement associés à l’augmentation de la fréquence des crises d’asthme qui nécessitent des soins urgents : le bas âge; les visites précédentes à l’urgence; l’utilisation d’un nébuliseur; la possession d’un animal domestique; et la connaissance de l’asthme sans avoir de plan de gestion ou d’action. Ils ont découvert que le fait d’avoir un plan d'action pour contrôler l’asthme réduit considérablement le nombre de crises d’asthme graves. De plus, les crises d’asthme graves sont réduites de 28 p. 100 chez les enfants qui vivent dans une famille dont le revenu est adéquat – une mesure qui tient compte du revenu du ménage et de la taille de la famille – par rapport aux enfants qui vivent dans une famille dont le revenu n’est pas adéquat.

Les chercheurs ont fait d’autres découvertes en examinant un sous-groupe de personnes qui avaient toutes une assurance-médicaments : il y a 26 p. 100 moins d’épisodes d’exacerbation chez les filles que chez les garçons. De plus, les crises d’asthme graves sont 52 p. 100 plus fréquentes chez les enfants du sous-groupe qui ont des allergies aux aliments, aux médicaments ou aux insectes que chez les enfants qui n’ont pas d’allergie. Simultanément, les enfants provenant d’une famille qui paie une franchise d’assurance annuelle de plus de 90 $ ont 95 p. 100 moins de périodes d’exacerbation.

L’étude a été réalisée en collaboration avec l’Institut de recherche en services de santé et financée par AllerGen NCE Inc., le Réseau des allergies, des gènes et de l’environnement qui fait partie du Programme des réseaux de centres d’excellence; les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC); et la SickKids Foundation.

Retour au menu du bulletin