Rseaux de centres d'excellence
Gouvernement du Canada

Liens de la barre de menu commune

Assemblée annuelle des RCE

Groupe d’experts : inciter la participation des collectivités cibles

Membres du groupe d'experts : Katie Lafferty, Cathy Garner (présidente), Martin Fortier, Joanne Cummings et Diane Gosselin

La mobilisation et le transfert des connaissances sont des éléments essentiels pour assurer la participation des utilisateurs finaux et faire en sorte que les Canadiens tirent le plus d’avantages possible des connaissances générées par les chercheurs. Les réseaux et les centres ont élaboré et adopté toute une gamme de pratiques exemplaires pour favoriser la participation des collectivités cibles.

Points clés

  • Réseau pour la promotion des relations et l’élimination de la violence (PREVNet), appuyé par l’initiative de Mobilisation des connaissances des RCE
    • Pour combler l’écart entre la science et la pratique, il faut s’assurer que les gens en mesure d’utiliser les connaissances et les outils fondés sur des données probantes y ont accès. Dans le cas de PREVNet, il s’agit des parents, des enseignants et des organisations qui travaillent auprès des jeunes ainsi que des jeunes eux-mêmes.
    • PREVNet adopte une approche commune pour la création des connaissances. En vertu d’une perspective non hiérarchisée, les chercheurs du réseau et les utilisateurs finaux sont considérés comme des spécialistes. Pour établir un partenariat, il faut d’abord cerner les besoins, définir les objectifs et adopter des stratégies et des programmes qui fonctionneront dans ce contexte. Il est impératif de comprendre la culture organisationnelle, la structure de gestion et les besoins des partenaires.
  • Réseau ArcticNet, appuyé par le Programme des RCE
    • Le réseau doit partager les connaissances avec le secteur privé, le public et les trois ordres de gouvernement. Le conseil d’administration du réseau ArcticNet, qui reflète le large éventail d’intervenants et d’utilisateurs finaux des connaissances, compte parmi ses membres des représentants de haut niveau d’organisations inuites, de l’industrie, des pouvoirs publics et du milieu postsecondaire.
    • L’établissement de partenariats avec d’autres pays ayant des intérêts dans l’Arctique renforce la capacité du réseau ArcticNet à partager et à produire des connaissances et à favoriser la participation des collectivités cibles.
    • Pour que la mobilisation des connaissances soit fructueuse, il faut veiller à ce que la science soit pertinente et accessible à tous les destinataires. La solution adoptée par ArcticNet consiste notamment à demander aux chercheurs universitaires d’incorporer les résultats de leurs travaux dans les évaluations régionales intégrées sur les retombées en utilisant un langage accessible. Ces évaluations sont devenues un outil de mobilisation des connaissances clé dans une région où tous les intervenants doivent prendre des décisions judicieuses dans des domaines tels que la souveraineté, le développement économique et social et la protection de l’environnement.
    • En vertu des modalités des partenariats entre ArcticNet et le secteur privé, il faut rendre publiques les données, mettre à la disposition de tous les intervenants des renseignements communs exacts aux fins de la prise de décisions et permettre aux chercheurs de publier à leur gré les résultats de leurs travaux.
  • Consortium québécois sur la découverte du médicament (CQDM), appuyé par le Programme des réseaux de centres d’excellence dirigés par l’entreprise
    • Malgré la vive concurrence qui s’exerce au sein de l’industrie pharmaceutique, les entreprises sont désormais plus ouvertes à l’idée de travailler ensemble en raison de l’escalade des coûts de la R et D et des risques connexes.
    • Le modèle de mobilisation des connaissances du CQDM offre une tribune où l’industrie peut partager les coûts, les risques et les résultats de la recherche au stade préliminaire. Son approche est caractérisée par un solide écosystème de R et D concertée qui intègre le milieu postsecondaire et le secteur privé.
    • Grâce au programme de mentorat du CQDM, les partenaires affectent à chaque projet un spécialiste international, qui partage les données, le matériel et les ressources avec les chercheurs et formule des commentaires pour s’assurer que les résultats concordent avec les besoins de l’industrie. Des mentors agissent aussi comme champions au sein de leur propre organisation.
  • Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires, appuyé par le Programme des réseaux de centres d’excellence
    • Pour le Réseau canadien contre les accidents cérébrovasculaires (RCCACV), la difficulté inhérente à la mobilisation des connaissances et à la participation consistait à combler l’écart considérable entre les connaissances disponibles sur les pratiques exemplaires pour le traitement et la prévention des accidents vasculaires cérébraux et ce que les patients recevaient en réalité.
    • Le RCCACV a réussi à mobiliser des connaissances qui ont permis de modifier les politiques et les pratiques dans le domaine des accidents vasculaires cérébraux à la grandeur du pays, voire à l’échelle internationale. Il a fait bouger les choses dans le système de soins de santé et a ainsi sauvé des vies et réduit les coûts.
    • Il a adopté une stratégie en cinq étapes : développer l’idée, susciter l’adhésion des intervenants, stimuler le changement à l’échelle locale, fournir des outils et un soutien pour les nouvelles façons de procéder et faire un suivi pour s’assurer que les changements sont durables.
    • L’approche a été dictée par les partenaires, qui reconnaissaient qu’un changement s’imposait aux niveaux provincial et régional où les soins de santé sont fournis.
    • Le manque de possibilités commerciales liées aux accidents vasculaires cérébraux a incité le RCCACV à remettre en question la norme des RCE et à passer au développement et à la mise en commun des politiques, des pratiques exemplaires et des outils.
    • L’organisation annuelle du congrès canadien sur les accidents vasculaires cérébraux et l’élargissement de la portée des initiatives TéléAVC sont au nombre des retombées de la mobilisation continue des connaissances par le RCCACV.